Pages

Your Feedback

Google+ Badge

Friday, 1 June 2012

Fenêtre sur le marché - Mai 2012


Pourquoi les taux hypothécaires sont-ils aussi bas?
Depuis quelques années, les taux hypothécaires suivent une tendance à la baisse. En mars dernier, le taux hypothécaire moyen de 5 ans, pratiqué au Canada, a atteint 4,21 %, soit son niveau le plus faible depuis 1951. Il s'agit d'un net contraste par rapport aux taux hypothécaires observés au cours des années 1970 et 1980 qui dépassaient allégrement les 10 % et même les 20 % à certains moments. Nous discuterons ici des principaux facteurs structurels et conjoncturels qui expliquent la faiblesse actuelle des taux hypothécaires.

L'évolution du taux de rendement des obligations dicte celui des taux hypothécaires
Les taux hypothécaires variables sont principalement influencés par le taux directeur de la Banque du Canada. Les taux hypothécaires fixes à 5 ans sont, quant à eux, principalement influencés par le taux de rendement des obligations canadiennes de même échéance qui servent de référence pour déterminer le (voir le document complet)




Aussi dans ce numéro





Contactez-nous



Les ventes résidentielles ont crû de 13 % au Québec en avril 2012
Après avoir augmenté de 6 % en mars 2012, le nombre de ventes résidentielles conclues par l'intermédiaire du système MLS® au Québec a connu une hausse de 13 % en avril 2012 par rapport à avril 2011. Les 9 348 transactions enregistrées en avril 2012 constituent le deuxième meilleur résultat au chapitre de ventes pour cette période de l'année, seulement devancé par les résultats d'avril 2007. De plus, une hausse des ventes a été observée dans chacune des trois catégories de propriété au mois d'avril 2012 ; l'unifamiliale a connu une augmentation de 14 %, la copropriété, une hausse de 11 % et les plex, une progression de 9 %, toujours par rapport à avril 2011. Parmi les six régions métropolitaines de recensement (RMR), celle de Montréal (5 196 transactions) s'est distinguée avec une hausse des ventes de 16 %. Les RMR de Saguenay, Québec, Trois Rivières et Gatineau ont également enregistré des augmentations de 13 %, 8 %, 6 % et 4 % respectivement. En revanche, la RMR de Sherbrooke a connu une baisse du nombre de transactions de 5 %.

Des statistiques détaillées sur l'activité MLS® pour la province et chacune des régions métropolitaines sont disponibles chaque mois dans la section « Carrefour statistiques MLS® » du site Web de la FCIQ. Pour les consulter, cliquez ici.


Un marché vigoureux dans l'agglomération de Joliette pour les quatre premiers mois de l'année 2012
Au cours de la période allant de janvier à avril 2012, le marché résidentiel de l'agglomération de Joliette a enregistré une hausse du nombre de ventes de 12 % par rapport à la même période en 2011. Au total, 161 transactions y ont été conclues par l'intermédiaire du système MLS®, comparativement à 144 à pareille date en 2011. Le prix médian des unifamiliales a progressé de 8 %. Ces résultats sont supérieurs à ceux enregistrés pour l'ensemble de la province au cours des quatre premiers mois de l'année 2012 ; le Québec a connu une hausse de 8 % du nombre de ventes et une croissance de 3 % du prix médian de l'unifamiliale par rapport aux quatre premiers mois de 2011. Pour plus de détails sur les statistiques de l'agglomération de Joliette au premier trimestre de 2012, consultez l'édition provinciale du dernier Baromètre MLS®.

1L'agglomération de Joliette regroupe Saint-Paul, Saint-Pierre, Joliette, Notre-Dame-des-Prairies et Saint-Charles-Borromée.





Bilan économique 2011 de l'agglomération de Montréal
Selon le bilan publié en mai dernier par la Ville de Montréal, l'économie de l'île de Montréal a connu une bonne année 2011. La valeur des permis de construction non résidentielle a augmenté de 52 % pour s'établir à 1 780 M$, un record pour ce secteur. De plus, entre 2010 et 2011, le taux d'inoccupation a diminué de 8,7 % à 7,8 % dans le segment des espaces industriels et de 8,1 % à 6,4 % dans le segment des bureaux commerciaux. Du côté de la construction résidentielle, la valeur des permis émis a progressé de 41 % par rapport à 2010 et le parc de propriétés sur l'île de Montréal a cru de 8 569 unités (+ 29 %), soit la meilleure performance depuis 2004. La population totale a augmenté de 0,6 % en 2011 pour s'établir à 1 958 000 habitants et la hausse a été encore plus importante chez le groupe d'âge 25-44 ans (+ 1,3 %). Seul bilan négatif : la perte de 10 200 emplois par rapport à 2010, recul qui est entièrement survenu au deuxième semestre de 2011 et qui a touché principalement les femmes et le secteur des services. Pour consulter le document, cliquez ici.


Comment le relèvement des taux d'intérêt affectera-t-il les ménages canadiens?
Quelques semaines après que la Banque du Canada (BC) ait ouvert la porte à une hausse prochaine de son taux directeur (qui s'établit à 1 % depuis septembre 2010), la Banque TD a modifié ses prévisions. Elle estime maintenant que la hausse du taux directeur de la BC et, par conséquent, celle du taux d'intérêt préférentiel offert par les institutions financières à leurs meilleurs clients, auront lieu au dernier trimestre de 2012 plutôt qu'au début de 2013. De plus, elle prévoit que le taux directeur continuera de monter graduellement pour s'établir à au moins 3 % en 2015 et que les taux d'intérêt hypothécaires fixes à cinq ans monteront eux aussi entre 2 et 3 points de pourcentage au cours de la même période. Étant donné le niveau élevé de la dette des ménages, il est pertinent d'analyser leur capacité à respecter leurs obligations financières face à ce relèvement des taux. Selon un rapport publié récemment par la Banque TD, une hausse des taux d'intérêt entraînerait des difficultés financières pour une minorité significative de ménages au Canada. La combinaison de plusieurs facteurs viendrait toutefois réduire leur vulnérabilité face à cette augmentation. Premièrement, les statistiques signalent une réduction du rythme de croissance de l'endettement des ménages au début de 2012, notamment du crédit à la consommation. Cette situation suggère que les ménages canadiens se préparent à la hausse prochaine des taux d'intérêt et s'éloignent du crédit. Deuxièmement, la Banque TD remarque que le relèvement des taux d'intérêt sera graduel, ce qui donnera du temps aux ménages pour s'adapter. En ce qui concerne les prêts hypothécaires au Canada, 65 % d'entre eux sont à taux fixe, ce qui indique que l'effet sur le marché immobilier ne sera pas immédiat et que les ménages auront quelques années pour augmenter leur avoir propre foncier. Pour consulter le document (disponible en anglais seulement), cliquez ici.


Avril 2012 : plus forte hausse des mises en chantier au Canada et au Québec depuis près de deux ans
Selon les statistiques provisoires de la Société canadienne d'hypothèques et de logement, le nombre de mises en chantier dans les centres de 10 000 habitants et plus au Canada a enregistré une cinquième hausse mensuelle consécutive en avril 2012, affichant une augmentation de 29 % comparativement à la même période un an auparavant. Ainsi, la construction de 19 188 logements a débuté au cours du mois d'avril dans les centres urbains du pays. Ce résultat représente également la plus forte progression depuis juillet 2010, alors que les mises en chantier dans les centres urbains canadiens avaient crû de 41 %.

Au Québec, après avoir connu un recul de 15 % au cours des trois premiers mois de l'année, le nombre de mises en chantier a enregistré, en avril, sa plus forte hausse depuis juin 2010. Les fondations de 5 125 logements ont été coulées, soit une augmentation de 37 % par rapport à la même période en 2011. Seule la RMR de Trois-Rivières a enregistré un recul des mises en chantier en avril (- 5 %), alors que les cinq autres régions métropolitaines de la province ont toutes affiché d'importantes hausses.

Pour vous abonner à nos nouvelles économiques, cliquez ici.


Principaux indicateurs économiques - Avril 2012

(1) Proportion de personnes ayant répondu « Oui » à cette question.
Note : Les flèches de couleur verte indiquent une bonne nouvelle et celles de couleur rouge, une mauvaise nouvelle. Les flèches bidirectionnelles indiquent une stabilité.
Sources : Banque du Canada, Statistique Canada, Conference Board et SCHL.
© 2012 Fédération des chambres immobilières du Québec. Tous droits réservés.

No comments:

Post a Comment