Pages

Your Feedback

Google+ Badge

Monday, 30 April 2012

Fenêtre sur le Marché Avril 2012

Nouvelle baisse des saisies hypothécaires au Québec en 2011
En 2011, 1 806 propriétés résidentielles ont été saisies par leur(s) créancier(s) hypothécaire(s) au Québec, soit une diminution de 19 % par rapport à l'année 2010, où 2 224 propriétés avaient été reprises. Il s'agit d'une deuxième baisse annuelle consécutive, après le récent sommet atteint en 2009. Selon les résultats obtenus pour 2011, nous estimons que la proportion de saisies hypothécaires correspond, à l'échelle de la province, à une propriété résidentielle sur 1 140, comparativement à une sur 911 en 2010.

De plus, il existe aussi des cas de délaissements volontaires lorsque des emprunteurs hypothécaires, en défaut de paiement, choisissent de remettre les clés de leur propriété à leur créancier avant la fin du processus de saisie. Ces cas sont relativement peu communs et, le plus souvent, ne sont pas associés aux résidences principales des emprunteurs. En 2011, 271 emprunteurs québécois ont volontairement délaissé leur propriété, alors qu'en 2010, ces cas représentaient 355 emprunteurs.

Le nombre de préavis d'exercice recule lui aussi
La saisie d'une propriété survient à la suite d'un préavis d'exercice qui est publié à l'un des bureaux de la publicité des droits du Québec. Celui-ci prévient le titulaire d'un prêt hypothécaire en souffrance que son bien immobilier sera saisi s'il ne (voir le document complet)
 

 



 
Aussi dans ce numéro
 
 
 

 

 



 
Contactez-nous
 
 
 


Baromètres MLS® : L'édition du premier trimestre de 2012 est arrivée
Les Baromètres MLS® du marché résidentiel du premier trimestre de 2012 sont maintenant disponibles sur le site Web de la FCIQ (cliquez ici pour y accéder). N'hésitez pas à les consulter afin de connaître les plus récents résultats du marché immobilier dans la province et ceux de chacune de ses six régions métropolitaines. Pour vous abonner et être avisé de la sortie des Baromètres dès leur publication, cliquez ici.

Nouveau code de conduite relatif au remboursement anticipé des prêts hypothécaires
Le 4 mars dernier, le ministère des Finances du Canada a annoncé certaines mesures afin de protéger les consommateurs de produits financiers. Il est désormais question de l'application d'un nouveau code de conduite concernant l'information sur le remboursement anticipé des hypothèques visant à améliorer la qualité de l'information que les institutions financières divulguent aux consommateurs. Par exemple, celles-ci devront fournir des renseignements périodiques sur la méthode de calcul des frais de remboursement anticipé (pénalités hypothécaires) et fournir une calculatrice financière à cet effet sur leur site Web. Leur adhésion à ce code de conduite est toutefois volontaire. Pour plus d'information, cliquez ici. Le comité d'action politique de la FCIQ avait milité en faveur d'un meilleur encadrement des pénalités hypothécaires (voir : Pour un encadrement des pénalités hypothécaires au canada, FCIQ, Novembre 2010) et a agit comme chef de file dans ce dossier qui touche l'ensemble des emprunteurs hypothécaires du pays. Leurs recommandations allaient toutefois beaucoup plus loin, dans le but d'augmenter la liquidité du marché immobilier. Il s'agit néanmoins d'un pas timide dans la bonne direction.



La SCHL sera placée sous la supervision du Bureau du surintendant des institutions financières
En vertu des modifications législatives déposées le 26 avril dernier par le ministre des Finances du Canada, le Bureau du Surintendant des institutions financières aura désormais des pouvoirs d'examen et de surveillance de la sécurité et de la solidité des activités commerciales de la SCHL (principalement les activités d'assurance prêt hypothécaire et de titrisation). Le gouvernement veut ainsi protéger et renforcer le système de financement du logement et promouvoir la stabilité du système financier. Il veut aussi que les banques assument une plus grande part du risque relativement aux prêts hypothécaires garantis par le fédéral. Le total des contrats d'assurance de la SCHL atteignait 541 milliards au 30 septembre 2011. La SCHL garantit également pour 334 milliards de titres hypothécaires. Pour plus d'information, cliquez ici.



Les ménages québécois ont dépensé, en moyenne, 12 023 $ pour le logement en 2010
Statistique Canada vient de publier les premiers résultats de son enquête sur les dépenses des ménages canadiens en 2010. On y apprend qu'ils ont consacré, en moyenne, 14 997 $ aux coûts de logement* en 2010, ce qui représente 28,8 % de l'ensemble de leurs dépenses en biens et services. La dépense moyenne pour les propriétaires-occupants était de 17 026 $, tandis qu'elle était de 10 874 $ pour les locataires. Au Québec, la dépense moyenne pour le logement en 2010 s'élevait à 12 023 $, ce qui représente 25,5 % de l'ensemble des dépenses des ménages de la province. Pour plus de détails, cliquez ici.
*Comprend tous les coûts liés au logement tels le loyer ou l’hypothèque, l’entretien et la réparation, les assurances, les taxes foncières et les services publics pour le logement principal et les autres logements.


L'année 2012 a débuté sur les chapeaux de roues dans les agglomérations de Victoriaville et de Drummondville
De janvier à mars 2012, 127 transactions résidentielles ont été réalisées par l'intermédiaire du système MLS® dans l'agglomération de Victoriaville, comparativement à 98 au cours de la même période en 2011. Il s'agit d'une augmentation de 30 %, soit l'une des plus fortes hausses des ventes de toutes les agglomérations québécoises comparables et largement au-dessus de la moyenne provinciale (+ 7 %). De son côté, celle de Drummondville a également connu une forte progression des ventes au cours de la période allant de janvier à mars 2012 avec 185 transactions, soit le meilleur résultat au chapitre des ventes pour un premier trimestre dans cette agglomération. Il s'agit d'une hausse de 16 % par rapport au premier trimestre de 2011. En ce qui concerne le prix médian des unifamiliales, celui-ci a augmenté de 2 % dans l'agglomération de Victoriaville et de 4 % dans celle de Drummondville, toujours par rapport à la période allant de janvier à mars 2011. À titre comparatif, le prix médian des unifamiliales a augmenté de 3 % à l'échelle de la province au cours de la même période. Pour plus de détails, consultez l'édition provinciale des derniers Baromètres MLS®.




Immobilier commercial à Montréal : baisse du taux d'inoccupation dans l'industriel mais hausse pour les immeubles à bureaux au premier trimestre de 2012
Un rapport publié récemment par CB Richard Ellis (CBRE) sur l'immobilier commercial au Canada indique que la demande d'espaces à bureaux et d'espaces industriels a diminué au premier trimestre de 2012. Toutefois, la construction de ce type d'espaces à travers le pays a renoué avec la croissance au cours de la même période grâce à une amélioration de la confiance des investisseurs. En ce qui concerne le marché commercial à Montréal, le marché de la location d'immeubles industriels a bien performé au premier trimestre de 2012. En effet, le taux d'inoccupation a diminué de 0,3 point de pourcentage pour s'établir à 9,5 % et les loyers sont demeurés stables. En revanche, le marché de la location d'immeubles de bureaux à Montréal a connu une activité moins vigoureuse, le taux d'inoccupation ayant augmenté de 1 point de pourcentage pour atteindre 9,2 %. Le rapport note toutefois que c'est la construction des nouveaux espaces à bureaux qui explique cette hausse du taux d'inoccupation et que les loyers ont continué d'augmenter au premier trimestre de 2012. CBRE publie périodiquement des rapports sur le marché immobilier commercial au Canada. Pour consulter un de ces rapports (disponible en anglais seulement), cliquez ici.

La Banque du Canada maintient son taux directeur à 1 %, mais ouvre la voie à une hausse prochaine
Le 17 avril dernier, la Banque du Canada (BC) a annoncé qu'elle maintient son taux directeur à 1 % pour une treizième réunion consécutive, soit depuis septembre 2010.

Elle considère que les perspectives de l'économie américaine et européenne se sont améliorées depuis la publication du dernier rapport sur la politique monétaire en janvier dernier et que la croissance économique des pays émergents devrait ralentir, mais demeurera robuste. Toutefois, la croissance économique mondiale plus vigoureuse et les perturbations dans certains des pays producteurs de produits de base ont fait grimper les prix de ceux-ci, notamment du pétrole, ce qui pourrait atténuer l'activité économique future et augmenter le taux d'inflation.

L'économie canadienne est, quant à elle, un peu plus dynamique qu'anticipée et la confiance des entreprises et des ménages canadiens augmente plus rapidement que prévu. La BC prévoit ainsi une croissance économique de 2,4 % pour 2012 et 2013. Cette croissance reposera en grande partie sur les dépenses des ménages et l'investissement accru des entreprises. En 2014, la croissance économique devrait ralentir et s'établir à 2,2 %. Par ailleurs, la BC identifie le niveau élevé de l'endettement des ménages comme un des principaux risques pour l'économie canadienne.

La prochaine décision concernant le taux directeur sera rendue publique le 5 juin prochain.

Pour consulter le communiqué officiel de la BC, cliquez ici.

Pour vous abonner à nos nouvelles économiques, cliquez ici.

Principaux indicateurs économiques - Mars 2012
(1) Proportion de personnes ayant répondu « Oui » à cette question.
Note : Les flèches de couleur verte indiquent une bonne nouvelle et celles de couleur rouge, une mauvaise nouvelle. Les flèches bidirectionnelles indiquent une stabilité.
Sources : Banque du Canada, Statistique Canada, Conference Board et SCHL.
 
 
© 2011 Fédération des chambres immobilières du Québec. Tous droits réservés.

No comments:

Post a Comment